Agriculture: La France, fournisseur incontournable de céréales

Publié le par france-maroc-services

Publié le : 27.09.2011 | 18h04 par "le matin.ma"

Les céréaliculteurs français se sont déplacés en masse aux Rencontres 2011 franco–marocaines des céréales à Casablanca pour faire la promotion de leurs récoltes.


Le Maroc est un importateur structurel des céréales, en particulier du blé, et la France, qui est l'un des plus importants exportateurs mondiaux de cette denrée, est un fournisseur incontournable du Royaume. Cette réalité déjà connue est encore une fois soulignée dans une occasion qui se prête bien à ce rappel. Il s'agit des rencontres 2011 franco–marocaines des céréales qui ont eu lieu hier à Casablanca.

Il est à noter que ces rencontres sont devenues depuis des années un rendez-vous annuel des céréaliculteurs français au Maroc où ils font la promotion de leur récolte auprès des importateurs et utilisateurs marocains des céréales françaises, notamment le blé. Et comme à l'accoutumée, les professionnels français se sont déplacés en masse à cette rencontre qui a attiré une importante assistance marocaine. Et pour cause, le Maroc est l'un des plus importants importateurs du blé français. 

La délégation française était composée essentiellement des représentants des sociétés d'exportation des céréales françaises et d'équipementiers français en matière de stockage, de conservation, d'analyse et de transformation des céréales.
L'édition 2011 de ce rendez-vous annuel a présenté un fait marquant. Il s'agit de l'élargissement de la délégation française à certains professionnels européens et même non européens, d'après Jean-Pierre Langlois-Berthelot, président de France Export Céréales. 

Le Maroc restera donc l'un des débouchés importants de la production des céréaliculteurs français, puisque l'autosuffisance est très difficile à garantir pour le Maroc en la matière. Et même le plan Maroc Vert, qui porte la nouvelle stratégie agricole marocaine, ne le prévoit pas. Bien au contraire, ce plan stratégique vise à réduire la superficie cultivée en céréales, mais en améliorant les rendements. 
Cette forte présence française sur le marché marocain du blé est due également au fait que la France est le premier partenaire commercial du Maroc et que ses céréaliculteurs font de l'export un débouché stratégique pour leurs récoltes. 

En fait, la moitié des récoltes françaises du blé, soit 19,7 millions de tonnes (MT) au cours de la campagne 2010-2011, a été exportée, dont 19,9 MT a été commercialisée hors de l'Union européenne. Le Maroc à lui seul en a importé 2 MT, soit un record absolu, selon Langlois-Berthelot, ce qui représente une part de 62% du marché marocain. Le Royaume a importé également 120.000 tonnes du blé dur français au cours de la même période.

Cette percée du blé français au Maroc est arrivée pourtant à un moment où la moisson française du blé tendre a baissé de 6% par rapport à la campagne précédente, s'élevant à 33,4 MT. Ce repli est dû à une «sécheresse exceptionnelle» au cours du printemps dernier en France. La baisse a été toutefois moins forte que prévu, grâce au retour des pluies en juin et juillet et à l'apport de la maîtrise technologique, dont notamment l'innovation génétique à laquelle les agriculteurs français ont recours pour atténuer les effets des aléas climatiques, selon les responsables de France Export Céréales.

Par ailleurs, il est à rappeler que le Maroc a importé au cours de la campagne de commercialisation 2010-2011, qui a pris fin le mois de mai dernier, plus de 6 MT de céréales, en hausse de 47% par rapport au même mois de la campagne précédente, principalement à cause du blé tendre. Une bonne partie (62%) des approvisionnements du pays en blé tendre provient de la France, alors que plus des trois quarts du blé dur a été importés du Canada, selon l'Office national interprofessionnel des céréales et des légumineuses (ONICL). 
La France est également le principal fournisseur du Royaume en orge, avec plus des deux tiers des quantités importées de cette céréale, au moment où l'essentiel (47%) du maïs est importé du Brésil.

Une bonne récolte céréalière

La campagne agricole 2010-2011 s'est soldée par une production de 84 millions de quintaux (Mq) pour les trois principales céréales : 41,7 Mq de blé tendre, 18,5 Mq de blé dur et 23,4 Mq d'orge. Cette récolte a été produite sur une superficie cultivée en céréales de 5 millions d'hectares, soit un rendement de 16 q/ha. Ce qui a permis à l'actuelle campagne de faire mieux que la précédente : la superficie des céréales a augmenté de 7 %, la production de 12 % et les rendements de 5 %. Cette campagne agricole n'aura donc pas démérité, malgré les craintes qui ont été exprimées, suite aux pluies tardives abondantes, notamment au mois de mai.


Commenter cet article