Maroc-France, je t’aime, moi aussi!

Publié le par france-maroc-services

Juppe.jpg10/03/2012 | Classé sous: Actualités,National | Publié par: LNT

On peut facilement parler de lune de miel entre le Maroc et la France tant il est vrai que la convergence de points de vue entre les deux Etats est manifeste sur l’ensemble des sujets abordés lors de la brève visite du ministre français des Affaires étrangères et de la coopération, Alain Juppé, à Rabat.

 

La conférence de presse qu’ont  donnée le ministre des Affaires étrangères et de la coopération, Saadine El Otmani et son homologue français, vendredi à Rabat, a en tout cas montré que les deux pays entendent plus que jamais renforcer leur partenariat dans tous les domaines. Et le soutien de Paris à la proposition marocaine sur la question du Sahara est venu confirmer que le Maroc a opté pour la bonne solution et dans ce le cadre d’un règlement pacifique.

 

En effet, Alain Juppé a réitéré la position de son gouvernement à travers ces propos : « notre position est claire, l’option marocaine est réaliste dans le cadre d’une autonomie et le statu quo actuel n’arrange personne. Il faut redynamiser l’union du Maghreb Arabe ».

 

Quant à ce qui pourrait être considéré comme les questions qui fâchent, c’est-à-dire celle se rapportant aux visas ainsi que le cas des étudiants marocains en France, M. Juppé s’est voulu rassurant en soulignant que les procédures et les conditions vont être assouplies mais en confirmant que le gouvernement français entend tout même contrôler les flux migratoires officiels, tout en restant intraitable sur l’immigration clandestine.

 

Pour étayer son argumentation, M. Juppé a fait savoir que « la France accueille annuellement 190.000 nouveaux immigrants légaux et compte tenu de la crise actuelle et du taux de chômage élevé, l’économie française a du mal à intégrer ces nouveaux immigrés dans le marché du travail, d’où la nécessité de mieux organiser cette immigration ».

 

En la matière, le Président français, Nicolas Sarkozy, a déjà fait savoir que s’il était réélu en mai prochain, il diviserait par deux ce nombre estimant d’ailleurs qu’il y a trop d’étrangers dans son pays.

 

Pour les étudiants marocains en France, troisième pays au monde, après les Etats-Unis et la Grande Bretagne, à accueillir cette catégorie de demandeurs de visa long séjour, le Maroc serait bien loti puisque sur les 90 000 étudiants étrangers, le Maroc en compte le tiers, soit 30 000. D’où, pour le ministre français de la coopération, il n’y a pas lieu de se plaindre . Lors de ce point de presse, les deux ministres ont plaidé pour une coopération triangulaire avec l’espace subsaharien où le Maroc est appelé à jouer un rôle important compte tenu de son expérience, mais aussi de ses relations privilégiées avec les pays du Continent noir. Toutefois, on ne sait pas encore quelles seront les modalités de cette proposition.

 

Sur le plan diplomatique, Paris et Rabat parlent du même langage notamment sur la crise syrienne. En la matière, plusieurs pistes sont envisagées avec l’offensive sur quatre fronts dont le conseil de sécurité, le groupe des amis de la Syrie, la mission de Koffi Anan, le tout basé sur la nécessité de la réunification de l’opposition syrienne et qui doit passer par l’ouverture du conseil national syrien à l’ensemble des parties et confessions en Syrie.

 

Concernant la coopération économique, tous les indicateurs sont au vert d’autant plus que la France est le premier pays partenaire du Maroc au sein de l’UE. D’ailleurs, la réunion de la haute commission mixte, au courant de ce semestre à Rabat, confirmera cette réalité sans compter qu’il est prévu prochainement la venue d’hommes d’affaires français au Maroc afin de prospecter d’autres niches d’investissements.

 

Mamady Sidibé

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article