Investissements directs français au Maroc

Publié le par france-maroc-services

Les secteurs et villes qui attirent le plus

De tous les IDE, le Maroc est de loin l’un des marchés les plus attractifs des investissements directs français en termes de volume d’affaires.

En effet, avec près de 750 filiales et participations françaises en 2009, le Maroc est la première destination des investissements directs de l’Hexagone à la fois dans la région Afrique du Nord et Moyen-Orient (MENA) et sur le continent africain.

Parmi les pays émergents, le Royaume compose un trio de tête avec la Chine et l’Inde.
C’est ce qui ressort des résultats d’une enquête récente sur les investissements directs français à l’étranger.

Il s’agit d’un recensement des filiales et participations françaises à l’international. Une enquête menée par le département français des Finances et les services économiques des ambassades de la République dans le monde.

Fort de plus de 750 implantations, le Maroc a enregistré une augmentation des investissements français de l’ordre de 40% entre 2006 et 2009. Sur la même période, la progression moyenne des filiales et participations françaises à l’échelle mondiale n’a été que de 15%. Le nombre d’implantations françaises a été, rappelons-le, de 529 en 2006.
C’est dire la forte attractivité du marché marocain envers les investissements français, qui s’est accentuée particulièrement depuis 2006. Une tendance qui est appelée à évoluer encore plus à la hausse dans les prochaines années. L’arrivée et l’entrée en production du constructeur Renault à Tanger plaide en faveur d’un effet multiplicateur des investissements français dans le nord du Maroc. A noter que la région de Tanger connaît déjà un triplement du nombre d’implantations françaises. En 3 ans seulement, elles sont passées de 25 à 76 unités. Ce sont principalement des équipementiers automobiles et des fournisseurs de pièces de rechange qui s’installent dans le sillage de Renault et dans la zone franche (TFZ).
Autre fait marquant en plus de celui de Tanger, sur les 750 implantations que compte le Maroc, à elle seule, Casablanca compte pas moins de 513 filiales et participations d’entreprises françaises (soit 68% du global des implantations). Pour rappel, la capitale économique comptait 356 implantations en 2006. Ce qui représente une augmentation de 44% en 3 ans. Si la région du Grand Casablanca reste prépondérante en termes de nombre d’implantations françaises, «cela tient surtout à une tradition, mais aussi au poids de cette ville dans l’économie et à sa visibilité internationale», déduisent les enquêteurs.
Juste après la métropole, Rabat est la 2e ville la plus attractive des investissements français. En 2009, la capitale a enregistré 87 implantations avec une hausse supérieure à la moyenne nationale (+47,5%). Ainsi, à lui seul, l’axe Casa-Rabat concentre plus de 600 investissements français. Le reste est réparti entre Marrakech (23), Agadir (10) Kénitra (10), El Jadida (8), Fès-Meknès (10)… En 2009, l’on a recensé 8 implantations dans la région de Chaouia-Ouardigha et 10 dans le Gharb.
Par type d’activité, les investissements français tendent vers une diversification. L’enquête confirme une pluralité d’activités dans lesquelles les entreprises françaises sont présentes ainsi que la diversité de la taille (grandes unités, PME, TPE…). Ainsi, services, ingénierie et concessions accaparent la part du lion avec 23,3% des investissements. Ils sont suivis par l’industrie mécanique, la sidérurgie et la défense (14%). Viennent juste après l’électronique et les TI (12,4%). Le BTP et les mines représentent 7,7%, devant l’énergie-chimie (7%). Le reste est réparti entre l’agriculture et l’agroalimentaire (6,5%), la mode et beauté (6,5%), les services financiers (5,5%), le transport et logistique (5,3%), le commerce et la distribution (2%)…
En termes de valeur des investissements cumulés sur la durée, le Maroc figure au premier rang avec 8,1 milliards d’euros en 2008 contre 6,9 milliards pour… la Chine (Hong Kong non compris) et 1,9 milliard pour l’Inde.

léconomiste

Commenter cet article

Pr & Dr BOUTTI 03/08/2010 12:22


Le Maroc est sans aucun conteste l'un des pays rare au Monde ou le Produit Intérieur Brut (PIB selon les économistes) reste bien inférieur de son BNB (Bonheur National Brut).
En effet, toute personne ayant vécue dans notre cher pays merveilleux gardera une traçabilité indélébile au fond de son cœur.
Nombreux sont nos frères à l'international qui le quittent (une fois leurs séjours court ou longs terminés) en larmes pour revenir une fois qu’ils ont leurs retraites s'installer définitivement
avec nous.
Ce n'est pas par hasard que nous avons mis en place un régime fiscal très attractif pour les retraités d'autres cieux. Ils bénéficient d'un abattement exceptionnel de 80% !
A bon entendeur ..
Prof. Dr Rachid BOUTTI

Titulaire de la Chaire Euro Arabe « Développement durable »
Expert Comptable

Consultant International Actif auprès de l'AUF, USAID, AXA et BID
Responsable du Mastère international Métier de Conseil et Encadrement Supérieur (Programme Meda)
Auteur d'ouvrages dans le domaine du management opérationnel et stratégique
Ex Directeur Administratif et Financier (CFO) de la multinationale ELF
Ex Chief Executif Officer du Holding Industriel Richbond

Portail :http//www.controledegestion.org