Pourquoi le Maroc a toute sa place dans l’Union Africaine ?

Publié le par france-maroc-services

  

 

Le président et l'Union Africaine, Alpha Condé et le Roi du Maroc, Mohamed VI.Le lundi 30 janvier 2017, lors de la réunion à huis clos à Addis-Abeba (Ethiopie), les chefs d’Etat membres de l’Organisation de l’Union Africaine ont accepté la réintégration du Maroc au sein de la grande famille Africaine.

Le Roi Mohamed VI a mené une offensive diplomatique victorieuse.

C’est une véritable victoire diplomatique menée par Rabat et sa Majesté Mohamed VI suite à sa tournée au quatre coins du continent. A la rencontre des chefs d’Etats au profil stratégiquement optimal, des nœuds coulant ont été dénoué et d’attrayant accords de coopération économiques furent signés tant la complexité du plaidoyer en imposait. C ‘est un fait, le Maroc est de retour au sein de l’Union Africaine.

Le Maroc et l’Union Africaine, une collaboration historique.

L’Histoire se souvient donc que l’initiative de la création de l’OUA est portée au départ par Mohamed V, précédent Roi du Maroc, qui a réuni à Rabat du 4 au 7 janvier 1961 les présidents :

  • Kwame Nkruma (Ghana) ;
  • Gamal Abdel Nasser (Egypte) ;
  • Modibo Keita (Mali) ;
  • Amadou Sékou Touré (Guinnée-Conakry), ainsi que ;
  • Ferhat Abbas (chef du gouvernement provisoire de la république Algérienne) et ;
  • Le représentant personnel du Roi libyen Idris Ier.

Les chefs d’Etat les plus en vue du continent poseront les bases du projet Panafricain à travers la très ambitieuse « Charte de Casablanca ».

Le continent, pendant la longue absence du Maroc dans l’hémicycle à Addis-Abeba, a sombré dans les confins les plus obscurs des instabilités d’ordre politique, sanitaire, économique et sécuritaire.

La faute probablement à un manque criard d’un acteur panafricain majeur, d’une nation à la vision épurée, à l’expérience avérée.

Le Maroc semble répondre à ce profil d’ailleurs il n’a eu de cesse que de renforcer ses relations bilatérales directement avec les Etats frères. Sur le plan sécuritaire le Royaume a participé tant à la prévention des conflits qu’a des opérations de maintien de la paix.

Bien que l’initiative soit freinée dans son élan avec le décès de Mohamed V le 26 février1961, soit deux mois seulement après la première réunion de l’OUA, l’Histoire retiendra que l’Algérie, principale rivale du Maroc, n’était pas encore un Etat indépendant alors que le Royaume se souciait déjà d’organiser une Union Africaine forte. Une Union au projet porteur d’une vision fédératrice que l’Algérie et l’Afrique du Sud, dans le front anti Maroc, ne partageaient pas, alors que ce l’Etat Sud-Africain brillait à l’époque sur la scène internationale par son postulat ségrégationniste sur les Noirs, « l’apartheid ».

Commenter cet article